Menu

JOURNAL INTIME DES PARENTS

Colleen a entendu une histoire à propos d'un petit bébé enlevé à ses parents, elle ne savait pas que cette histoire allait changer sa vie. Lisez l'histoire de Colleen ici

flag

Deux heures après cet appel, j’ai ramené Zanna à la maison.

Colleen, Eastern Cape


J'ai été enseignante pendant des années, j'ai donc passé ma vie entourée d’enfants. Mais je n'avais jamais eu de bébé. Trois semaines avant l’anniversaire de mes 60 ans, une de mes amies - Karen - m'a dit : "N'est-ce pas si triste qu’un si petit bébé soit enlevé à ses parents ?" Et elle m'a raconté l’histoire qui a changé ma vie.

C’était un jeune couple qui vivait dans les rues et avait une petite fille de seulement 5 mois. Cette semaine-là, le couple avait été battu par un gang et le père avait été poignardé. Une association d’aide publique s’était mêlée de l’affaire et le bébé avait été emmené, mais aucun foyer d'accueil temporaire n’était disponible pour elle après le week-end.

Tout de suite, j’ai voulu aider. Mon amie a dit à l’aide publique à l’enfance que j'étais prête à offrir un « refuge» à cette petite fille et ils m'ont contacté et proposé un rendez-vous pour lundi matin. Ensuite, je suis rentrée à la maison et j'ai passé toute la fin de semaine à googler des choses comme "qu'est-ce qu'un bébé de 5 mois mange ?" J'étais si excitée. Malheureusement, lundi est arrivé et ils ont annulé la réunion. J'étais tellement déçue, j'avais l'impression que quelqu'un m’avait « volé mon ballon » et qu’il avait éclaté.

Mardi matin, alors que je livrais des bas de noël (je coordonne la région régionale de Kouga pour la tournée de charité annuelle des bas de Noël), vêtue d'un tutu de ballet rouge sur un legging en pointillés verts avec un chapeau de père noël sur la tête, je me suis rendue au bureau de l'aide sociale pour rencontrer l’assistante sociale. Nous avons parlé de la petite fille, et elle a dit : "Si j'avais su que la demande d’adoption venait de vous, je vous aurais donné le bébé tout de suite!"

Ils m’ont ensuite fait passer toutes les vérifications d'antécédents nécessaires, ont visité mon domicile et m'ont dit qu'ils reprendraient contact s'ils avaient besoin d'un « refuge » à l'avenir. Et ça s’est arrêté là!

Une semaine plus tard, alors que je faisais ma dernière livraison de bas de noël, j'ai reçu un appel désespéré de la part de l’assistante sociale. La première famille d'accueil avait rendu le bébé après une nuit, car « elle pleurait trop». La deuxième famille d'accueil l'avait gardé pendant 4 jours, puis elle l'avait ramenée parce que leur propre enfant prenait de la drogue et que leur communauté n'était pas favorable au fait qu'ils aient «accepté un bébé de l’aide publique» lorsqu'ils ne pouvaient pas s'occuper de leurs propres enfants.

Colleen Zanna Body image

Deux heures après cet appel, j’ai ramené Zanna à la maison avec moi.

Je n'avais aucune idée de ce dont j'avais besoin. Qu'achetez-vous pour un petit bébé ? Elle était si petite - pesant seulement 4 kilos malgré ses 5 mois. Je me souviens clairement de ce premier week-end - je n'ai pas allumé la télé. J’allais la voir sur la pointe des pieds en silence. Je passais des heures à la nourrir et à la regarder dormir. J'avais lu quelque part qu’en regardant les yeux de votre bébé avec intensité, vous créez un lien. Donc je l'ai fait à chaque occasion. Nous avons toutes les deux vécu le moment présent. Je n'ai pas paniqué. Peut-être que mon instinct est plutôt bon grâce à mes 60 ans!

Nous nous sommes liées très rapidement. Cependant, les trois premiers mois sont probatoires pour n'importe quel parent adoptif et comme les parents peuvent ramener leur enfant à n'importe quel moment pendant cette période, j'avais l'impression de vivre sur des montagnes russes. Ce fut une période vraiment traumatisante pour moi, surtout quand Zanna allait faire des visites parentales avec son assistante sociale. Elle pleurait à chaque fois et avait vraiment peur quand son père s'approchait d'elle. Nous sommes maintenant en octobre, et bien que les parents ne l'aient vue que trois fois en 11 mois, ils ne sont toujours pas sûrs à 100% de la confier à l'adoption - même si la mère est à nouveau enceinte ! Ils pensent à la récupérer parce qu'ils recevront une subvention sociale tous les mois pour les maintenir dans leurs habitudes mais aussi dans leur consommation de drogue.

L’assistante sociale a suggéré que nous commencions les procédures d'adoption dans tous les cas. C'est assez stressant de ne pas savoir ce qui va se passer, mais tout ce que nous pouvons faire maintenant c'est suivre les règles. Je profite de chaque jour et suis récompensée chaque jour au-delà de toute mesure avec l'amour et la joie que cette petite fille a apporté dans ma vie. L'avoir est incroyable - je ne peux pas imaginer ma vie sans elle maintenant. C'est comme si elle savait qu'elle était aimée et que ça la rendait si confiante et heureuse. Je l'ai appelée Zanna, qui signifie « don de Dieu». Je crois qu'elle m'a été donnée.

Quand nous sommes enfin rentrés à la maison, c’est incroyable comment tout s’est passé normalement dès le début
Lisez l’histoire de Helen

Il semblerait que vous résidiez dans un pays différent Changer de site ?

Rejeter