Menu

Journal intime des parents

« J’ai décidé de tester la méthode pour un apprentissage du pot en 3 jours. Je n’en étais plus à nettoyer un caca près, je me suis dit que ça en valait la peine. »

flag

L’apprentissage du pot, un vrai cauchemar

JILLIAN, NEW JERSEY


Julien a eu trois ans en juillet dernier. Nous avions un pot à la maison et je l’encourageais à l’essayer, à s’asseoir simplement dessus ici et là dans la maison. Comme cela ne fonctionnait pas, j’ai tenté de le corrompre. Je lui donnais des M&M’s, des sucettes, bref tout ce qui pouvait l’amener à s’asseoir sur ce pot et faire ce qu’il avait à faire. Mais il se contentait de s’asseoir dessus pendant deux heures, le temps de finir la sucette, puis il me disait qu’il n’avait pas envie. Après quoi il se levait et faisait caca par terre cinq minutes plus tard.

Julie

L’apprentissage du pot a été infernal, une véritable bataille. Peu lui importait d’être mouillé ou d’avoir du caca dans sa couche. J’ai tout essayé mais comme rien ne marchait. Pour Thanksgiving, j’ai décidé de tester la méthode pour un apprentissage du pot en 3 jours. J’avais nettoyé tellement de caca que je n'en étais plus à un près et comme nous disposions d’un long week-end, je me suis dit que cela valait la peine d’essayer. Ça n’a absolument pas marché et d’après la méthode, impossible de revenir aux couches après cela. Je l'ai donc renvoyé à l’école en pantalon. Bien évidemment, il a eu quelques incidents et ses maîtresses ne voulaient pas avoir à nettoyer alors, je lui ai remis ses couches.

Il n’arrêtait pas de me dire : « Maman, quand j’aurai quatre ans, j’y arriverai. » Mais cela me stressait tellement que je continuais d’essayer. Et lui, ça ne l’intéressait pas du tout. Ma tante m’avait dit : « Julie, ça ne marchera pas même si tu stresses. Il y arrivera quand il sera prêt. D’ici à ce qu’il se marie, tu n’auras plus à changer ses couches ! »

Dès lors, je m’étais un peu détendue, du moins j’ai essayé. Et un jour, à la fin de son année de maternelle, il s’est tourné vers moi et m’a dit : « Maman, j’ai 4 ans maintenant et je ne veux plus porter de couches. » Il avait encore un mois à attendre avant d’avoir vraiment quatre ans mais cela n’avait aucune importance. Il avait décidé qu’il était prêt et il fit l’apprentissage du pot en deux jours. De jour comme de nuit. Pour ce qui est des couches, il refusa catégoriquement d’en porter à nouveau. Pour ma part, je ne pouvais qu’en rire. C’est bien ce que l’on m’avait dit. Un enfant y arrive quand il est prêt.

Lorsque bébé numéro 2 est arrivé, c’est moi qui ai été confrontée à un problème.
Lisez l’histoire de Rachel