Menu

JOURNAL INTIME DES PARENTS

"Élever ma fille seule m’a permis de m’affirmer. J’avais tout à gérer sans avoir de modèle à suivre : ses crises, ses soucis de santé… Et mes propres questionnements."

flag

Je suis une maman solo et je l’assume pleinement!

Marina & Yvanna, Poitiers, France


Je rentrais en décembre de vacances sportives dans le Sud et ressentais des douleurs au sein, que je prenais alors pour des courbatures. J’ai tout de même eu l’instinct de faire un test de grossesse qui s’est avéré positif. Beaucoup de questions se sont posées : Pourquoi ? Comment ? Depuis quand ? Dans la foulée, je prenais un rendez-vous chez le médecin pour un avortement. Je venais d’entamer une relation avec le papa sans me projeter… Il était hors de question de l’informer avant d’avoir fait une échographie.

À Noël, je suis allée voir ma mère pour le lui annoncer et, malgré ma réserve, elle s’est immédiatement projetée dans son rôle de grand-mère. Prête à me soutenir dans cette aventure, elle confirmait cette petite voix en moi qui me disait de garder cet enfant. La décision était prise.

J’ai alors informé le futur papa par téléphone de la nouvelle, qui a refusé de l’entendre, entre incompréhension et peur que je le sollicite pour subvenir à mes (à nos) futurs besoins. Je n’attendais pas d’engagement de sa part et me sentais prête assumer cet enfant seule. Lui ne l’était pas et ne s’est plus manifesté depuis lors.

Marina and Yvanna

Ma grossesse s’est très bien passée sur le plan physique : j’ai pu rester active jusqu’à la veille de l’accouchement. Elle a été plus difficile moralement alors que je me retrouvais assez isolée à Nantes. À 7 mois de grossesse, je rentrais malgré quelques réticences chez mes parents – à Poitiers - pour les dernières semaines. À 22 ans, revenir chez eux alors que j’avais quitté le foyer et m’assumais depuis des années était loin d’être une situation rêvée.

L’accouchement a été long mais l’arrivée de ma fille a éclipsé ses longues heures et a réveillé tellement d’émotions : elle était magnifique, si belle avec ses yeux clairs. J’en étais extrêmement fière.

J’appréhendais le retour chez mes parents et le début de cette nouvelle vie, voulant tout assumer moi-même et ne pas les solliciter. Au bout d’une semaine, la fatigue l’a emporté et m’a poussé à demander de l’aide à ma mère.

Nos relations ont été tendues pendant ces semaines de cohabitation : je n’osais pas exprimer mon besoin d’aide et j’espérais un relai spontané de sa part… Je me heurtais aussi à des reproches sur ma façon de faire avec ma fille et de gérer les tâches quotidiennes. Trois mois après la naissance d’Yvanna, nous avons été mises à la porte du domicile familial et je me suis démenée pour trouver rapidement un nouveau foyer pour ma famille.

Le conflit a continué avec ma mère qui n’a pas vu sa petite-fille pendant de nombreux mois. À son premier anniversaire, la situation s’est détendue et je fais depuis l’effort de l’impliquer dans la vie de ma fille pour qu’elle tisse un vrai lien avec sa grand-mère.

Cette première année en tant que maman solo m’a permis de m’affirmer. J’avais tout à gérer sans avoir de modèle à suivre : les crises d’Yvanna, ses soucis de santé… Et mes propres questionnements. J’ai dû tenir bon sur mes principes d’éducation et assumer le rôle de maman et de papa. C’est deux fois plus dur, mais voir qu’elle est aujourd’hui une petite fille éveillée, polie et sociable me rend deux fois plus fière.

Yvanna est encore trop jeune pour comprendre pourquoi elle n’a pas de papa. C’est un peu frustrant pour moi car elle entend beaucoup les mots « papa & maman » à la télévision, elle appelle les hommes « papa » sans en comprendre le sens… J’assume cette situation choisie et j’estime que nous avons trouvé notre propre forme de stabilité. Aujourd’hui, je ne cherche pas de conjoint pour prendre un rôle de « papa de substitution » que je suis capable de gérer.

Être parent solo est difficile mais pas insurmontable. Il faut se donner les moyens d’assumer cette situation pour que l’enfant ne la subisse pas. Être bien entouré s’avère être une vraie force.

Quelques conseils et astuces pratiques pour aider votre bout de chou à faire ses dents.
En savoir plus

Il semblerait que vous résidiez dans un pays différent Changer de site ?

Rejeter