Menu

Journal intime des parents

« J’essayais tous les jours et un jour, il avait 8 semaines environ, ça a marché. Je ne m’y attendais pas du tout. »

flag

Je n’aurais jamais pensé qu’allaiter aurait été si difficile

JULIANNA, NEW YORK


Je voulais vraiment allaiter mais la bouche de Théo était si petite qu’il n’arrivait pas à prendre le sein. J’étais effondrée. J’aspirais tant à ce moment formidable, incroyable mais ça ne marchait pas.

Nous avons rencontré une consultante en lactation à l’hôpital. Puis une autre consultante est venue nous voir à domicile. Elle nous a donné beaucoup de conseils, encouragés à faire du peau à peau et m’a dit de continuer à faire de la tétée un moment de bonheur mais ce N’ÉTAIT PAS un moment heureux ! C’était un moment de stress intense.

Et pourtant, il n’était pas question d’abandonner. Mon compagnon Jérémy m’a rapporté un tire-lait à usage professionnel et j’ai tiré mon lait de jour comme de nuit pendant le premier mois. C’était dur, je craignais de m’y prendre mal et de ne pas avoir assez de lait. Mais plus ça allait, plus c’était simple et tirer mon lait était devenu tellement facile que j’arrivais à produire plus ou moins 1,5 l de lait par jour ! J’étais officiellement en surproduction !

Julianna

C’était génial pour Jérémy car cela lui permettait de s’investir à l’heure des tétées mais je continuais à vraiment vouloir allaiter. J’essayais tous les jours et un jour, il a 8 semaines environ, ça a marché. Je ne m’y attendais pas du tout, j’étais bouleversée mais je ne voulais pas crier victoire trop vite. J’avais du mal à croire que tout fonctionnerait à la perfection comme par magie. Du coup, nous avons appelé la conseillère en allaitement. Une fois de plus. J’avais besoin de savoir quoi faire, comment gérer mon lait et amorcer l’allaitement. Et comme je reprenais le travail un mois plus tard, je voulais qu’il continue à prendre le biberon !

Elle nous a conseillé de remplacer progressivement les moments où je tirais mon lait par des sessions d’allaitement jusqu’à ce que j’arrive à allaiter mon fils la plupart du temps, en maintenant deux biberons par jour en plus, et c’est ce que nous avons fait. C’était incroyable, d’autant plus que nous avions mis autant de temps à y arriver. Je me souviens d’un moment en particulier. J’étais dans le métro, debout, accrochée à une barre, portant Théo dans une écharpe. Il avait faim, alors j’ai simplement commencé à lui donner le sein. Pendant tout le trajet en métro, puis jusqu’en haut de l’escalier menant de l’autre côté de la station, il était là à téter dans l’écharpe. J’avais le sentiment d’être une vraie pro de l’allaitement. Jamais je n’aurais pensé que nous arriverions à faire ça ! Jamais je n’aurais imaginé qu’on arrive si loin et je souriais en songeant au long chemin que nous avions parcouru. Ensemble.

Rejoindre une association locale de mamans a été la meilleure des décisions.
Lisez l’histoire de Sukari

Il semblerait que vous résidiez dans un pays différent Changer de site ?

Rejeter