Menu

JOURNAL INTIME DES PARENTS

On nous répète beaucoup le fait que l’on doit tomber amoureux de son bébé à la naissance… Mais je ne ressentais pas ce lien qu’on dit « extraordinaire »

flag

J’ai Appris a aimer mon bebe jour apres jour, l’important est de se faire confiance !

Vertou, France


Cela fait 10 ans que je suis en couple avec mon conjoint, et mariée depuis 2 ans. Devenir parents était un de nos projets, et sa concrétisation fut assez rapide : je suis tombée enceinte 2 mois après la fin de mes études ! J’ai appris ma grossesse alors que le futur papa était en déplacement pour le travail, et ne rentrait que le lendemain. Hors de question de lui annoncer par téléphone, j’ai donc attendu son retour avec une petite boîte symbolisant cet événement. Après une nuit plutôt courte, c’était le moment ! Seulement mon mari avait appris ce jour-là une mauvaise nouvelle qui remettait en question son évolution professionnelle… Malgré cela, la nouvelle lui a fait extrêmement plaisir. J’avais envie d’être enceinte depuis longtemps et n’appréhendais pas la grossesse… Qui s’est en plus très bien passée ! J’étais épanouie, j’adorais mon ventre… J’avais aussi la chance de ne pas travailler et j’ai pu en profiter pleinement. J’ai beaucoup échangé avec d’autres futures / jeunes mamans en ligne, via les réseaux sociaux, des applications mobiles… Et j’ai finalement assez peu sollicité mon entourage. 

Charlène-Liam-Parent-Diaries

J’ai eu besoin de connaître le sexe du bébé avant la naissance pour me projeter, acheter des vêtements, faire la décoration… Les semaines ont passé et j’étais persuadée d’accoucher en avance. Mais malgré mes activités jusqu’au dernier moment pour déclencher l’accouchement, bébé a tenu jusqu’au jour du terme ! L’accouchement a été assez rapide, entre les contractions qui se sont manifestées à 5h du matin, et l’arrivée de Liam à 14h04. J’avais hâte de rentrer de la maternité mais les deux premiers jours à la maison se sont avérés difficiles, me retrouvant seule et un peu perdue avec mon fils. J’ai ensuite pu avoir l’aide de mon mari, présent à la maison les 15 jours suivants. Lorsqu’il a repris le travail, j’étais beaucoup plus sereine. Je me suis mis moins de limites et m’autorisais plein d’activités avec Liam. Avec le recul, je pense avoir ressenti un léger baby blues pendant les premières semaines. On nous répète beaucoup le fait que l’on doit tomber amoureux de son bébé à la naissance… Et je n’éprouvais pas ce degré de sentiment. Je m’occupais de lui, y étais attachée mais il n’y avait pas ce lien qu’on dit « extraordinaire ». Je ne savais pas si cela était normal, ou si je devais culpabiliser. On parle trop peu de cette pression alors que l’on est pourtant nombreuses à avoir ressenti de la culpabilité. Les mois passent vite entre petits bonheurs, fiertés et questions ! Cela m’épate de voir à quelle vitesse mon fils grandit, et suscite aussi des interrogations, notamment sur la façon de m’y prendre sur son « éducation ». Je me pensais aussi plus patiente sur certaines choses. Force est de constater que cela dépend des jours et du degré de fatigue !

J’ai parfois du mal à lâcher prise sur le fait de laisser pleurer mon fils. En tant que parent, je m’étais dit que je ne le ferai pas, que je devrais connaître la cause de ses pleurs et réussir à les calmer… Mais il s’avère qu’en grandissant, j’ai eu besoin de le laisser pleurer lorsque je n’en pouvais plus, que je n’avais plus de solution… Les idées toutes faites que l’on peut avoir avant d’être parent volent en éclat. Chaque enfant est différent et c’est à nous de s’adapter à lui, pas l’inverse. Il y a des valeurs importantes à mes yeux que je souhaite transmettre à Liam : le respect des autres, le partage, qu’il soit épanoui, sûr de lui et agréable à vivre… En ce moment, le challenge est de lui faire comprendre ce qu’il peut / ne peut pas faire, alors qu’il commence à faire du 4 pattes. Il faut aussi le rassurer car il est en plein dans la phase de la « peur de l’abandon ». On tâtonne, on ne sait pas exactement ce qu’il comprend… Mais un conseil que je donnerais aux futures mamans : ne vous mettez pas la pression. Il faut savoir écouter les conseils que l’on vous donne MAIS surtout se faire confiance en tant que parent, car au final on sait ce qui est mieux pour notre enfant. 

Toutes les mamans qui l’ont tiré savent que le lait maternel est très intéressant pour bébé.
En savoir plus

Il semblerait que vous résidiez dans un pays différent Changer de site ?

Rejeter