Menu

Journal intime des parents

« L’infirmière m’a apporté mes bébés quelques heures seulement après ma césarienne et ils se sont mis à téter immédiatement. »

Chevron
flag

Allaiter a été tellement plus facile lors de ma seconde grossesse

STEPHANIE, NEW JERSEY


Allaiter Ben s’est révélé difficile dès le début. Il lui fallait 20 minutes pour bien prendre le sein et je ne produisais pas assez de lait. Avant même notre sortie de l’hôpital, il avait perdu un peu de poids, c'est pourquoi nous avons décidé de lui donner le biberon. Le plus important, c’était qu’il soit heureux et bien nourri, et lui donner du lait en poudre n’était pas un problème pour nous. Pourtant, je continuais à être déçue.

Lorsque nous sommes rentrés à la maison, j’ai voulu continuer à essayer. Je lui donnais le sein tous les jours mais chaque tétée était difficile. Ça me faisait mal et je finissais de toute façon par lui donner un biberon après chaque tentative pour m’assurer qu’il buvait assez de lait. Comme je craignais que mes mamelons ne soient trop plats, j’ai testé les bouts de sein mais dans l’ensemble, l’expérience s’est révélée plutôt stressante. Lorsque Ben a eu 6 semaines, ma mère est venue séjourner à la maison. Nous sortions bien plus qu’avant et comme je donnais toujours plus de biberons à Ben, mon corps a simplement cessé de produire du lait. J’étais plutôt triste, je ne m’étais pas vraiment préparée à ce que cela prenne fin mais c’était comme ça.

Stéphanie

Deux ans plus tard, je suisretombée enceinte et j’avais hâte de tenter à nouveau d’allaiter. Mais je restais réaliste et nourrissais des attentes raisonnables. Quand j’ai su que j'attendais des jumeaux, j’ai encore revu mes attentes à la baisse. Je me disais que j’essayerais à l’hôpital et si j’arrivais à allaiter ne serait-ce que quelques jours, je serais heureuse. Puis, quand les jumeaux sont arrivés, c’était formidable. L’infirmière m’a apporté mes bébés quelques heures seulement après ma césarienne et ils se sont mis à téter immédiatement. Ils étaient très doux mais aussi très déterminés et affamés. Il n’y avait pas photo ! Et ma production de lait a de suite suivi. Dès la première nuit, je tirais mon lait pendant 10 minutes et obtenais 60 ml. C’était incroyable.

De retour à la maison, j’allaitais Charlie et David pendant la journée et alternais avec des biberons la nuit. Ils ont 8 semaines maintenant et nous continuons à appliquer cette méthode. Je trouve important qu’ils acceptent le biberon car je dois reprendre le travail dans un mois et je n’ai pas vraiment envie de tirer mon lait quand je rentre à la maison. C’estsi différent de ce que j’ai vécu avec Ben. J’en suis vraiment surprise et tout à fait heureuse.

Allaiter n’a pas été facile mais ça en valait vraiment la peine.
Lisez l’histoire de Sukari
L’homme a survécu 200 000 ans avant la publication du premier livre sur les bébés. #ParentOn